Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

larochelle.libertaire.overblog.com

Blog indépendant d'information sur le mouvement social en Charente-Maritime.

Publié le
Publié dans : #STIC DAL 17 Police collabo
La Rochelle : le patron du camping a-t-il eu la fiche Stic d’un client ?

Un directeur de camping a-t-il eu accès à la fiche Stic (Système de traitement des infractions constatées, le principal fichier de police) d’un homme en attente d’hébergement ? Pour en avoir le cœur net, la procureure de La Rochelle a ouvert une enquête préliminaire le 10 janvier.

La veille, un article de Sud-Ouest rapporte les propos des responsables de l’association Droit au logement en Charente-Maritime (DAL17). Ceux-ci aident un précaire de 39 ans à trouver un hébergement au camping de Puilboreau, « où l’association a déjà logé plusieurs personnes ».

Mais cette fois-ci, le directeur refuse, en raison du « passé judiciaire » de l’intéressé, écrit Sud-Ouest :

« “Il nous a dit se renseigner auprès d’un policier du commissariat de La Rochelle”, explique un responsable de Droit au logement, qui souligne. “Il faut que ce soit quelqu’un qui ait accès au Stic.” »

Discrimination et divulgation d’informations

Joint par Rue89, Mehdi El Bouali, l’un des fondateurs du DAL17, est très précis :

« Par deux fois et devant témoins, le directeur du camping m’a certifié que la police lui avait donné ces renseignements. Il m’a énoncé au téléphone toute une liste des infractions commises par cette personne, une dizaine en tout (violences volontaires, défaut de permis de conduire, etc.) avec les dates. En précisant qu’il avait été incarcéré deux fois. »

Le patron du camping a démenti auprès de Sud-Ouest, en s’embrouillant un peu dans ses explications.

L’enquête ouverte par le parquet de La Rochelle vise des faits de « discrimination au logement » et de « divulgation d’informations contenues dans un fichier nominatif à des personnes n’ayant pas qualité pour en connaître ». La procureure, Isabelle Pagenelle, explique en avoir pris l’initiative :

« C’est parce que j’ai senti monter la polémique que j’ai décidé d’ouvrir une enquête judiciaire, pour apaiser les esprits et bien sûr trancher entre les versions des uns et des autres. »

Il s’agit de vérifier si le directeur du camping a réellement eu accès au contenu du fichier, auquel cas le policier responsable risque des poursuites pénales.

Le commissariat de La Rochelle mis en cause

Les fonctionnaires de la police judiciaire enquêtent donc sur leurs collègues du commissariat central de La Rochelle.

Ils ont déjà auditionné le directeur du camping, qui dément toujours. Mercredi, Mehdi El Bouali a été entendu à son tour, pendant plus de quatre heures, par un commandant de police.

« Ils m’ont demandé de leur expliquer toute l’histoire dans l’ordre, en donnant le nom des témoins. Ils m’ont dit que le fichier Stic est confidentiel, et qu’ils allaient mener toutes les investigations nécessaires. »

Vendredi dernier, Mehdi El Bouali avait déjà reçu de telles garanties. En compagnie de Jean-René Kremer, actuel président du DAL17, il a rencontré le directeur départemental de la sécurité publique.

« Il a promis que si les faits sont avérés, il ne les tolérera pas. »

Un poil inquiet, le militant associatif tient à préciser :

« Le DAL17 existe depuis deux ans, on n’a jamais eu de problèmes avec la police. Nous travaillons dans un contexte apaisé, de dialogue, sans a priori, avec les services de l’Etat. Nous ne nous battons pas contre la police. »

Un fichier peu fiable

A de nombreuses reprises déjà, la confidentialité du fichier Stic a été mise à mal. Début janvier, des inconnus se faisant passer pour des policiers ont réussi à récupérer les fiches de plusieurs rappeurs et à les diffuser sur Internet. Trois enquêtes ont été ouvertes.

La « tricoche », pratique consistant pour un policier à vendre des informations issues du Stic à des particuliers (cabinets d’intelligence économique, propriétaires, employeurs) apparaît dans plusieurs dossiers judiciaires. Des policiers ont déjà été condamnés.

La Commission nationale informatique et libertés (Cnil), appelée à contrôler régulièrement la tenue de ce fichier, s’est déjà prononcée pour un renforcement des procédures de sécurité. Elle a aussi souligné la mise à jour insuffisante du Stic et de nombreuses erreurs, pouvant porter préjudice aux personnes répertoriées.

Source : Presse apaisée, de dialogue, sans a priori, avec les services de l’Etat (Rue 89)

Commenter cet article

Lilipute 18/01/2013 14:42

Une fois de plus, les propos des "responsables" du Dal 17 sont révoltants. En même temps, ils montrent leur vrai visage, dans un monde où la Police mutile, agresse et s'en sort toujours les mains propres. Le visage de traîtres à la botte de la préfecture. NEVER FORGET NEVER FORGIVE !

lila 17 16/10/2014 23:02

juste envie de gerber vous vous présentez comme des rebelles et anonymement et lâchement vous vous permettez d attaquer des gens qui m ont éviter de me retrouver a la rue ce gars qui dirige le dal a la rochelle a été ma seule et unique aide a moi et mes enfants je le soutiens sans réserve je tombe par hasard sur votre article honte a vous bande de lâches

rochelais 03/02/2013 20:42

Lilipute tu portes bien ton nom a part gerber sur les gens qui se bougent pour aider les plus démunis toi et tes quelques amis vous faites quoi ? Bravo a ces gens du dal qui dénoncent publiquement les agissements des flics

Articles récents

Hébergé par Overblog