Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

larochelle.libertaire.overblog.com

Blog indépendant d'information sur le mouvement social en Charente-Maritime.

Publié le
Publié dans : #caravane île ré geffré sylvie apir

L'assemblée générale de l'Association des propriétaires de l'île de Ré (APIR) s'est tenue lundi 30 juillet. Sylvie Geffré, la présidente, a de nouveau mobilisé ses adhérents, pour les encourager à ne pas baisser les bras, face à ce qu'ils considèrent comme du harcèlement.

Depuis 1979, où l’île de Ré a été inscrite à l’inventaire des sites classés, chaque été ou presque apporte son lot de tourments aux propriétaires de parcelles qui ont choisi de camper sur leurs terrains… Car depuis cette date, ces propriétaires sont dans l’illégalité s’ils profitent de leur parcelle, en y installant tentes et caravanes. Sylvie Geffré, présidente de l’APIR (Association des propriétaires de l’île de Ré) le sait bien, c’est pour les médias locaux, un marronnier, à savoir un sujet qui revient tous les ans.

Le nouveau désagrément infligé aux propriétaires en 2012 peut paraître anodin, mais il ne l’est pas selon la présidente : “Nous nous sommes vus refuser par la Communauté de communes de l’île de Ré, la possibilité d’avoir des cartes pour accéder aux déchèteries, comme l’exige la CdC depuis cet hiver. Or, nous avons le devoir d’entretenir nos parcelles, pour lutter contre les incendies, entre autres. Cela pose non seulement un problème de sécurité, mais aussi d’hygiène et de salubrité publique”, explique calmement la présidente.

Cette nouvelle mesure “discriminatoire” vient s’ajouter, selon elle, à la longue liste des contraintes qui leurs sont infligées : prises de photos par des policiers municipaux dans certaines communes ou par les gendarmes à cheval, voire parfois dégradations quand les occupants s’absentent de leur terrain et, bien sûr, réceptions de courrier indiquant des procès verbaux et des convocations au tribunal. Bref, “de l’intimidation permanente et des méthodes qui ont permis d’en décourager certains, qui ont fini par aller passer leurs vacances ailleurs que chez eux”. Même si lors de l’assemblée générale à Rivedoux, ils étaient encore plus de 500 adhérents pour montrer que cette cause leur tenait toujours à cœur. Au total, la présidente de l’APIR estime à environ 4 000 personnes le nombre de campeurs sur parcelles dans l’île de Ré. L’association, elle, compte 1 000 adhérents.

Être invité à la table des discussions

Depuis plusieurs années maintenant, ce que demande Sylvie Geffré, c’est que l’APIR soit invitée à la table des discussions avec les élus : “Nous avons diverses solutions qui peuvent être envisagées et qui sont souhaitées par nos adhérents : le regroupement de nos parcelles, le rachat des terrains à un prix décent, mais pour les exprimer, encore faudrait-il que nous rencontrions les élus.” Pas plus tard qu’au mois de février dernier, la présidente a rencontré le président de la CdC, Lionel Quillet, qui lui a clairement fait comprendre que les propriétaires de parcelles n’étaient pas dans ses priorités. Malgré tout, il a laissé entendre que le rachat des parcelles à un prix supérieur à 1,07 € le m2 serait la solution à moyen terme. Sylvie ­Geffré sait que certains de ses adhérents ne vendraient leur terrain pour rien au monde.

Elle actionne depuis lors, et surtout depuis les élections, d’autres leviers. Pour l’assemblée générale, Sylvie Geffré avait invité Patricia Friou, suppléante du nouveau député Olivier Falorni, à les rencontrer. Cette dernière leur a assuré qu’Olivier Falorni jouerait un rôle de médiateur.

Autre levier que la présidente souhaite activer : celui des futures élections municipales dans deux ans. Pour cela, elle incite les adhérents de l’APIR à s’inscrire sur les listes électorales dans l’île de Ré et à montrer de la ténacité, face aux obstacles administratifs. Pourtant, la présidente le sait, la solution ne pourra être envisagée que pour l’ensemble du territoire de l’île de Ré, et non village par village. Mais elle compte bien user de toutes les armes dont elle dispose : “Pour cela, notre réunion annuelle au mois d’août est importante : elle est pédagogique et mobilisatrice.”

Source : Presse bourgeoise (Le Phare de Ré)

Plus d'infos sur le site de l'APIR.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog